SAIPER

Le Syndicat Alternatif


Poster un commentaire

DECLARATION DU SAIPER CAPD DU 2 JUIN 2017

DECLARATION CAPD
La remise en cause de nos droits au mouvement et de nos droits aux réunions d’informations syndicales est devenue la règle.
Cette année, les enseignants sur le support PDMQDC vont être contraints de changer d’affectation sans qu’il leur soit laissée la possibilité d’en faire le choix ; pour certains d’entre eux, nommés en REP cela peut revenir à changer de commune d’exercice et impacter leur vie de famille. Faire réussir ce dispositif et donc faire réussir les élèves demande le temps de l’appréciation des conditions , ce qui ne peut être le cas par une application faite dans l’urgence en un laps de temps qui ne permet aucune appréciation de conditions matérielles satisfaisantes et le respect des personnels.
De la même façon, la participation des personnels ayant des problèmes de santé au mouvement n’est pas traitée de manière équitable par vos services, certains vont pouvoir bénéficier d’un poste de direction totalement déchargée ; la circulaire rectorale l’interdit pour certains mais l’autorise à d’autres et nous donne un sentiment d’iniquité de votre part que nous combattons au quotidien auprès de nos collègues mais que nous constatons malheureusement .
Dans un autre registre , la remise en question de nos droits syndicaux est patente dans notre Académie de la part de plusieurs inspecteurs de circonscription. Cette année, plusieurs infractions ont été commises par nos inspecteurs sans que leur autorité hiérarchique n’ait pu leur imposer de respecter les lois républicaines.
Nous vous avons alerté à plusieurs reprises et nous avons également alerté le ministère sur des faits constatés mais nous allons devoir faire un recours hiérarchique afin que ces faits cessent :
– Refus de remplacer les enseignants en réunion syndicale alors même que les moyens existent dans la circonscription de ….
– Refus d’accorder la possibilité de participer à six heures de réunions d’informations syndicales en lieu et place de la journée de solidarité dans la circonscription ……
– Refus d’autoriser un enseignant à participer au congé pour formation syndicale de son syndicat alors même que les délais étaient dépassés pour ce faire dans la circonscription de ….
– Refus de laisser les enseignants participer aux réunions d’informations syndicales de leur choix du fait que les dates soient différentes dans la circonscription de …..
L’ensemble de ces situations résume parfaitement la volonté de restreindre le droit à l’information des personnels alors même que ces droits permettraient peut être, si leur connaissance était généralisée et non contrecarrée , d’éviter quelques conflits auxquels nous sommes confrontés actuellement.