SAIPER

Le Syndicat Alternatif

Pourquoi nous prônons le libre choix des conseils d’école à propos de la question des rythmes scolaires ?

Poster un commentaire

Depuis 2013, les horaires hebdomadaires ont été modifiés , en dépit du rejet de cette organisation par de nombreux enseignants et de nombreux parents ; provoquant des mouvements de grève, des pétitions, amenant le gouvernement à proposer des aménagements.
Malgré cela, la semaine hebdomadaire avec cinq matinées et le mercredi matin – exigé de fait – , a été imposée à l’ensemble de la communauté éducative.
Les tenants de cette réforme s’inquiètent d’un retour en arrière , prévisible, qui se ferait au détriment des élèves. Le rejet de cette réforme s’appuie sur son inintérêt et son coût, tant humain que matériel, pour ceux qui la vivent au quotidien et non sur des bons principes édictés loin du terrain. Ces présupposés sous – jacents laissent apparaître que les enseignants ne se préoccupent en aucune façon de leurs élèves, des conditions de travail à l’école .
Pourtant, plusieurs rapports de l’IGEN ont démontré la fatigue que tous subissent depuis l’instauration de cette réforme : les emplois du temps irréguliers, le mercredi imposé( en dépit de la volonté des chrono biologistes qui privilégient le samedi) cela sans repas le mercredi pour certains élèves transportés, l’absentéisme ; tout cela est pointé par tous les enseignants et parents qui font tous le même constat : celui d’une réforme inutile dans la plupart des communes.
Depuis le début, nous avions souhaité que sa mise en place reste au libre choix des conseils d’école en fonction des conditions effectives de sa réalisation.
Les communes dans lesquelles cela fonctionne, du fait de l’implication des mairies, de la présence d’associations culturelles et sportives, ne souhaiteront pas revenir au système précédent.
Or, nous savons que la plupart des mairies et des conseils d’école choisiront la semaine des quatre jours, n’est-ce pas un désaveu cinglant pour cette réforme et ceux qui la défendent en dépit de son inopérance au regard des buts fixés ?