SAIPER

Le Syndicat Alternatif

RENDEZ AUX ÉLÈVES LEURS RECRÉATIONS !

Poster un commentaire

La réforme des rythmes scolaires a introduit dans les emplois du temps de bon nombre d’écoles des après-midi dits raccourcis. De fait, certains textes – qui n’ont aucun caractère juridique et obligatoire — demandent aux équipes d’écoles de réfléchir sur la pertinence de garder une récréation en cas de demi-journée inférieure à 1 h 30. Il n’y est aucunement dit que la récréation devait être interdite. Cela est d’autant plus vrai quand la demi-journée excède 1 h 30.
Cependant, certains inspecteurs se sont emparés immédiatement de cette question suspectant les enseignants de vouloir limiter les temps d’enseignement en préservant cette récréation.
Ils mettent à profit les réunions de directeurs pour imposer leur point de vue aux équipes d’écoles et réécrivent ainsi la législation en la tordant à leur bon vouloir.
Ce fut déjà le cas plusieurs années auparavant quand le SAIPER naissant était déjà intervenu sur cette question et avait obtenu gain de cause.
L’arrêté de référence du 25-1-2002 (JO du 10-2-2002) est le seul à faire mention des récréations : il a été abrogé et non remplacé. Comme il n’a pas été remplacé, il reste la seule et unique référence donc, la seule quotité qui demeure est de 15 min (ou 30 en maternelle) par demi-journée, tout comme nous le faisions le samedi matin.
La suppression de la coupure du mercredi occasionnée par cette réforme a rendu la semaine scolaire exténuante pour tous nos élèves. Même la ministre de l’Éducation le reconnait à demi-mot. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’inspection générale de l’Éducation nationale (l’IGEN) envisage d’exempter les élèves de maternelle de cette réforme. Ajouté à cela la problématique de l’hygiène (pouvoir satisfaire des besoins physiologiques) qui est récurrente dans nos écoles, la suppression totale de la récréation de l’après-midi nous parait illégale, contre-productive et néfaste pour les élèves.
De nombreux travaux prouvent combien ces moments de détente sont nécessaires à nos élèves et les supprimer sous la pression, n’améliorera en rien notre quotidien. Il est primordial que les enseignants préservent leur liberté pédagogique, au sein de leurs écoles, dans le respect de la législation et à l’encontre d’une hiérarchie abusive.
Nous encourageons et nous apportons notre aide aux équipes d’écoles qui souhaitent maintenir ces moments de récréation tels que le définit le législateur.

Le bureau du SAIPER