SAIPER

Le Syndicat Alternatif


Poster un commentaire

LIVRET SCOLAIRE UNIQUE

Le changement des programmes pour l’école primaire et le collège et l’instauration d’une réforme de « l’évaluation » pour les élèves, font que le ministère a décidé d’imposer, en remplacement du Livret Personnel de Compétences, un Livret Scolaire Universel Numérique (LSUN) pour les cycles 2, 3 et dès la rentrée scolaire 2016 -2017.

La simplification des outils de suivi des élèves n’est qu’un leurre :
– Plus d’une quarantaine d’items doivent être évalués
– Ce livret sert au contrôle des enseignants pour s’assurer qu’ils sont bien en conformité avec les attentes de l’institution, que la norme exigée est bien respectée
– Il s’agit d’une véritable surcharge de travail qui nous est imposée tant pour les enseignants qui doivent renseigner ce document que pour les directeurs qui doivent en assurer le contrôle tout au long du processus

En revanche le fichage organisé des élèves ne l’est pas :

– le LSUN intègre dans une même application le livret de compétences du socle commun, les bulletins périodiques des élèves, les différents parcours et attestations, mais aussi des éléments de suivi des élèves en difficulté

Dans le rapport de l’inspection générale , on lit : « Il est important de souligner que l’application LSUN, à la différence de LPC1D (NDLR : Livret Personnel de Compétences du 1er Degré), sera intégrée dans le système d’information SIECLE, tourné jusqu’à présent vers le second degré. Il s’agira donc de la première brique d’un système d’information scolarité convergent, qui s’appuiera sur l’identifiant unique des élèves et sur des modules existants dans le second degré. Le Système d’Information sera alimenté d’un côté par BE1D (NDLR : Base Elèves 1er Degré), de l’autre par la base élèves établissement .

Ces données pourront donc être diffusées, partagées et utilisées car elles pourront être extraites, croisées, alimentées par différent-e-s utilisateurs/trices, en premier lieu grâce au RNIE (Répertoire national des identifiants élèves), dans lequel figurent des données personnelles sur l’enfant et sa famille

On peut prévoir à court terme une nouvelle offensive générale de fichage des élèves et des enseignants. Nous pouvons discuter des contenus du livret scolaire. Il peut même être imprimé à partir d’un logiciel numérique choisi par l’école ou l’établissement, sans conservation des données. Par contre, sa dimension de fichage numérique avec un outil unique doit être combattue.


Poster un commentaire

117 CLASSES FERMEES A LA RENTREE

Dans le cadre de la carte scolaire pour la rentrée 2015, M. le Recteur a proposé aux syndicats au cours du comité technique académique un projet rejeté par l’ensemble d’entre eux. Un nouveau comité technique académique aura lieu le 13 avril 2015. D’ores et déjà nous contestons les fermetures d’école prévues et qui s’élèveraient à 117 pour l’Académie. Outre les fermetures de classes, ce seraient pas moins de 22 directeurs ( trices ) qui perdraient une partie de leur décharge. C’est inacceptable. La situation de l’Académie nécessite des moyens supplémentaires et non leur suppression. Pour le première fois depuis trois ans, il y aurait plus de fermetures de classes que d’ouvertures.
C’est pourquoi le SAIPER PAS 974 , veut manifester son refus des fermetures et des pertes de moyens pour les directeurs.
MERCREDI 8 AVRIL 14 HEURES UNE MANIFESTATION POUR PROTESTER CONTRE LES FERMETURES DE CLASSES ET DEMANDER AU RECTEUR DE REVOIR SA COPIE AURA LIEU DEVANT LE RECTORAT


Poster un commentaire

ABSENTEISME DES ELEVES

La loi Ciotti qui pénalisait les familles quant un enfant était absent a été abrogée, un nouveau décret publié au Journal officiel du 20 novembre établit une nouvelle procédure pour prévenir l’absentéisme. Cette procédure s’apparente fort à une sorte d’équipe éducative sous la responsabilité des directeurs(trices) d’école. Une tâche de plus pour ces derniers si cela est réellement mis en œuvre.
En tous les cas, nous pouvons espérer que le contrôle des taux d’absentéisme va pouvoir s’achever.


Poster un commentaire

DIRECTEUR: une vraie simplification ou un simple effet d’annonce?

Directeurs d’école primaire

Protocoles de simplification des tâches

NOR : MENG1424757C
circulaire n° 2014-138 du 23-10-2014
MENESR – SG

Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie ; aux inspectrices et inspecteurs d’académie, directrices et directeurs académiques des services de l’éducation nationale

Dans le cadre du programme de la refondation de l’École et des consultations nationales menées pour l’évolution des missions et des métiers des personnels de l’éducation nationale, une des conclusions du groupe métier « directeurs d’école » actait la nécessaire simplification des tâches des directeurs.

La priorité donnée à l’enseignement primaire dans la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République et les évolutions qu’elle induit supposent un accompagnement particulier des directeurs d’école, directement concernés et fortement sollicités par de multiples interlocuteurs.

Afin de prendre en compte l’incidence de ces évolutions sur la fonction de directeur d’école, et alors que le protocole du 10 mai 2006 concernant les directeurs d’école n’avait pas connu d’évolution notable à ce jour, le groupe métier « directeur d’école » a proposé 5 engagements principaux :

– l’élaboration d’un référentiel-métier pour faire évoluer le recrutement et l’affectation ;

– la simplification des tâches : le développement de l’aide à la direction d’école, la mise en place de protocoles de simplification, et l’élaboration d’un guide juridique ;

– l’évolution de la formation ;

– l’amélioration des conditions d’exercice (redéfinition des décharges) ;

– l’amélioration des perspectives de carrière.

La démarche nationale sur la simplification des tâches administratives du directeur d’école
L’ axe « simplification des tâches » a fait l’objet d’une concertation nationale pilotée par le secrétaire général du ministère, en s’appuyant sur les travaux menés avec la Dgesco et en collaboration avec les autres directions concernées, les inspections générales et les représentants de tous les niveaux de pilotage en académie.

Le protocole national élaboré dans ce cadre et prévu pour une mise en œuvre à partir de la rentrée 2014 a défini deux principaux objectifs d’amélioration :

– l’amélioration des ressources juridiques et administratives mises à la disposition des directeurs ;

– l’amélioration des outils de gestion et de communication de l’école.

1°) L’amélioration des ressources juridiques et administratives mises à la disposition des directeurs d’école

Le ministère s’engage à diffuser un « guide pratique pour la direction d’école » traitant de l’ensemble des questions liées au positionnement de l’école primaire dans l’éducation nationale, à la vie de l’école, à la place des élèves et des parents, au fonctionnement de l’école et aux relations avec les collectivités teritoriales et les partenaires de l’école.

Ce guide sera progressivement mis à disposition des directeurs à partir de la rentrée 2014, à l’aide d’un support en ligne et d’Éduscol. Il est conçu pour rassembler, à terme, tous les liens utiles à l’information complète de ses utilisateurs et sera régulièrement actualisé.

2°) L’amélioration des outils de gestion et de communication

Le ministère s’engage à faire évoluer les applications nationales de gestion mises à la disposition des directeurs d’école dans le sens d’une simplification des usages.

Une nouvelle version de BE1d a été mise à la disposition des écoles pour la rentrée 2014 (cf. la note SG/ Dgesco du 16 juin, destinée aux recteurs, sur les constats de rentrée 2014 des effectifs d’élèves des écoles publiques et privées du 1er degré).

Cette application BE1d fera l’objet d’une refonte ergonomique destinée à rendre son utilisation plus fluide. Son enrichissement par de nouvelles fonctionnalités au service du fonctionnement quotidien des écoles, telles que l’édition de documents-types ou la dématérialisation de procédures papier, sera étudié prioritairement. En outre, afin de limiter au maximum le recours aux enquêtes, une réflexion sera conduite sur l’optimisation de la fonction de pilotage offerte par cette base à tous les responsables de l’école primaire.

Les améliorations de BE1d doivent aussi porter sur la simplification de ses interfaces avec les outils de gestion utilisés par les communes, afin d’optimiser le potentiel de cette application et de limiter les sollicitations faites aux directeurs d’école. Plusieurs modalités de transmission, adaptées à la taille de la commune, devraient être proposées.

Toutes ces évolutions seront abordées par le comité des utilisateurs de BE1d, regroupant des représentants de directeurs d’école et de l’administration centrale et déconcentrée.

L’application Affelnet 6e sera également revue pour réduire le volume des saisies effectuées dans les écoles et, progressivement à partir de la rentrée 2015 et pour la rentrée 2016, rationaliser les échanges d’information avec les parents concernant les procédures d’affectation en collège, et en particulier l’expression des vœux des familles.

L’application Ececa (élection conseil d’école, conseil d’administration) est déployée au profit des directeurs d’école et des directions des services départementaux de l’éducation nationale (DSDEN) pour les élections des représentants de parents d’élèves. Elle permet d’en saisir directement les résultats pour computation automatique et transmission aux services des DSDEN. La dématérialisation des échanges d’informations sur les résultats des élections simplifie la tâche des directeurs d’école qui n’ont pas à transmettre d’autres informations que celles qu’ils transmettaient chaque année par des documents écrits (le nombre d’inscrits, le nombre de votants, le nombre de bulletins blancs ou nuls, le nombre de suffrages exprimés, le nombre de sièges à pourvoir, le nombre de suffrages obtenus par liste). L’application prévoit un contrôle automatique de la cohérence des données saisies (nombre d’inscrits, nombre de votants, nombre de voix par liste) et les directeurs d’école n’ont plus à effectuer le calcul du quotient électoral et de la répartition des sièges pour chaque liste de candidats.

Des expérimentations concernant le déploiement d’applications académiques, destinées à réduire la charge de la réponse aux enquêtes, et à dématérialiser les procédures d’échange entre les directeurs et les circonscriptions sont en cours dans les académies de Strasbourg et de Dijon. En parallèle, la direction du numérique pour l’éducation (et plus particulièrement le service des technologies et des systèmes d’information) conduira une étude technique et fonctionnelle visant à la sécurisation et à la convergence de ces applications pour les généraliser. L’objectif est d’expérimenter un pilote, reprenant une part substantielle des fonctionnalités des deux applications sur une académie après la rentrée 2015.

Le ministère incite les académies à développer les outils de communication mis à la disposition des directeurs d’école.

En effet, les académies ne disposent pas encore toutes d’intranets académiques premier degré. Or, les espaces de circonscription 1er degré présents dans les intranets académiques améliorent, lorsqu’ils existent, l’information régulière des directeurs, tout en limitant les envois de courriels.

Les académies devront veiller à s’assurer de la cohérence des espaces de circonscriptions avec les espaces collaboratifs qui seront parfois créés dans certains espaces numériques de travail (ENT) du premier degré (selon les territoires).

Enfin, Canopé a reçu pour mission du ministère de mettre à la disposition de tous les enseignants un réseau social professionnel. Ce réseau social intitulé « via éduc » est actuellement en cours d’expérimentation et la direction du numérique pour l’éducation étudiera les possibilités de sa montée en puissance. Une démarche spécifique d’expérimentation ciblée sur des communautés de directeurs doit être lancée dans trois départements (la Vienne, la Côte-d’Or, et le Val-d’Oise). Ces expérimentations peuvent également représenter le contexte adapté pour proposer les meilleures modalités d’échanges de pratiques, et de conseils entre pairs pour enrichir l’ensemble de la communauté de leurs expériences et compétences. Le ministère, en relation étroite avec Canopé, suivra la mise en place et les résultats de ces expérimentations pendant l’année scolaire 2014-2015 et définira les meilleures conditions de leur généralisation.

Les démarches académiques et départementales pour la simplification des tâches administratives des directeurs d’école

Au niveau départemental : des groupes de travail, respectant la représentativité des comités techniques spéciaux départementaux (CTSD), seront mis en place entre novembre 2014 et mai 2015 pour élaborer des propositions d’évolution des différentes procédures administratives qui concernent les directeurs d’école.

Un protocole académique sera rédigé à l’issue de cette phase de concertation départementale, en reprenant de manière cohérente les principales propositions abordées préalablement au sein des différents départements de l’académie.

Il veillera notamment à respecter les principes de simplification suivants :

– la limitation des enquêtes académiques ou de circonscriptions aux informations qui ne sont pas disponibles dans les bases de gestion ;

– la mise en place de modalités de communication institutionnelles régulières de la part des services académiques vers les écoles et plus particulièrement les directeurs, permettant d’éviter les éventuels doublons (type bulletin hebdomadaire par exemple) ;

– la mise au point et la diffusion aux directeurs d’école d’une carte des expertises disponibles en cas de questionnements spécifiques. Certaines questions juridiques justifient en particulier que les directeurs d’école puissent recourir à une expertise au sein des services académiques. Le positionnement de cette expertise dans l’organisation académique peut varier d’une académie à l’autre mais elle mérite d’être connue de tous (directeurs et IEN). Vous vous attacherez dans ce cadre à mettre en place, selon les modalités les mieux adaptées, un dispositif permettant de répondre aux questions ponctuelles des directeurs d’école concernant l’exercice quotidien de leurs fonctions.

À titre d’exemple différentes pistes de réflexion peuvent être engagées au niveau départemental :

– le développement et l’enrichissement des espaces de circonscription 1er degré dans les intranets académiques (cf. supra, ces espaces pourraient prévoir un accès à la totalité des informations et outils utiles aux directeurs) ;

– les modes de communication entre la direction des services départementaux, les circonscriptions et les directeurs d’école ;

– le renforcement de la formation et de l’information des personnels des circonscriptions et des services académiques pour l’utilisation des données existantes dans BE1d et Décibel, sans demande ou enquête complémentaire auprès des écoles ;

– la simplification des sollicitations des directeurs s’agissant des procédures de sécurité et de prévention des risques (PPMS et DUERP) ;

– le renforcement des modalités de conseil et d’échange entre pairs ;

– la relance des projets d’école, qui accompagnera la diffusion des nouveaux programmes de l’école primaire, devra pouvoir s’appuyer sur les informations disponibles et respecter ces principes de simplification.

Pendant la prochaine année scolaire, le secrétaire général présidera un comité de suivi des protocoles de simplification adoptés aux niveaux national et académique, chargé d’effectuer régulièrement l’état des lieux des actions de simplification réalisées.

Pour la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche
et par délégation,
Le secrétaire général,
Frédéric Guin

Pour la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche
et par délégation,
La directrice générale de l’enseignement scolaire,
Florence Robine


Poster un commentaire

Taux d’absentéisme des élèves

Les inspecteurs(trices) demandaient aux directeurs(trices) déchargé(e)s ou non de faire une enquête concernant les taux d’absentéisme des élèves le mercredi matin et surtout le samedi matin. Au vu des chiffres, et pour avoir une idée plus précise du désastre, il va leur être demandé de faire cette comptabilité tous les jours de la semaine.
Encore une fois, la réforme des rythmes scolaires engendre un travail supplémentaire pour les directeurs(trices) et le secrétariat des inspections. Nous dénonçons ce travail supplémentaire , superflu qui empiète sur les tâches administratives quotidiennes. Nous soutiendrons les directeurs(trices) qui se mettront en grève administrative et refuseront de transmettre ces informations.