SAIPER

Le Syndicat Alternatif


Poster un commentaire

TOUCHE PAS MA ZEP!

En 2015, la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud Belkacem procédait à la refonte de la carte de l’Education prioritaire : désormais les établissements étaient classés en REP ou REP + et devaient « concentrer les moyens nouveaux sur les territoires et pour les publics qui en ont le plus besoin ». Seuls des écoles et des collèges y figuraient. Aux organisations syndicales demandant alors l’élargissement de la carte de l’Education prioritaire aux lycées généraux, technologiques et professionnels, la ministre déclarait vouloir travailler à une nouvelle carte des lycées de l’Education prioritaire sur la base de critères transparents. Depuis cette date, les organisations syndicales n’obtenaient aucun éclaircissement sur cette question.

Ce n’est qu’en avril 2016, dans un courrier adressé au député Sébastien Pietrasanta, que la ministre confirmait les pires craintes quant au sort réservé aux lycées : les avantages perçus par les enseignants des lycées des ZEP sont appelés à disparaître dès 2017. Selon N. Vallaud-Belkacem, « la refondation de l’éducation prioritaire est axée sur la scolarité obligatoire, c’est-à-dire l’école et le collège ». Pourtant le Ministère de l’Education nationale ne cesse d’inciter les collégiens à poursuivre des études au-delà du collège, c’est-à-dire en général au-delà de 14 ans. Fin septembre, Mme Vallaud-Belkacem annonçait même vouloir prolonger la scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans. Dans un contexte de crise économique et surtout sociale, la sortie des lycées de l’Education prioritaire ne pourrait qu’aggraver les inégalités déjà si fortes. Par conséquent, le SAIPER 2 affirme sa solidarité avec les actions initiées par l’intersyndicale nationale (SNES, FO, SUD, CGT) et par le mouvement « Touche pas ma ZEP » pour demander une carte élargie des lycées en Education prioritaire le jeudi 17 novembre 2016.

Pour le SAIPER 2,

la secrétaire générale,

Françoise Dunogué


Poster un commentaire

La sécurité au coeur d’un projet pédagogique phare de notre académie : l’éclipse solaire annulaire

Cet évènement se déroulera le 1er septembre de 12 h à 16 heures, donc en grande partie sur la pause méridienne des établissements scolaires. La responsabilité des élèves va donc incomber majoritairement aux mairies . L’Etat ne s’est pas donné les moyens logistiques pour qu’une mise en oeuvre optimale puisse permmettre à tous les élèves d’observer ce phénomène avec toutes les mesures de sécurité requises. Le rectorat a organisé l’évènement , en espérant en faire un évènement pédagogique majeur, ignorant totalement les réalités du terrain, variables d’une école à une autre ,oubliant totalement d’impliquer les mairies dans ce projet en les aidant à mettre en place une logistique adaptée: aménagement des coursives,personnel supplémentaire dans les écoles ce jour là, voire parents , explications envers les personnels communaux en charge des élèves, pour assurer la pleine sécurité des élèves.
On ne peut que comprendre la position de certaines mairies, entre naiveté et positionnement politique, qui savent leur responsabilité juridique engagée et le coût financier que cela peut représenter en cas d’incident.
Si les enseignants ne se sont pas portés volontaires, c’est bien parce que les assurances données ne sont pas suffisantes en l’état actuel. Nous savons concrètement que , dans nos écoles, nous ne pourrons garantir à l’ensemble des élèves qu’ils portent bien leurs lunettes et c’est bien notre connaissance du terrain, très loin d’un projet pédagogique théorique, qui nous autorise à ne pas participer à l’évènement tant que l’observation ne pourra être réalisée sans risque.Pour rappel, pour les enfants de moins de 12 ans, le cristallin est encore très transparent et ne permet pas de filtrer les rayons UV. Ce qui démultiplie le risque de souffrir d’affections graves.
En 2015, l’éclipse observable en metropole a donné lieu au confinement des élèves dans les classes du fait du risque encouru, nos élèves sont -tils moins sensibles ou leur sort n’est il pas établi à la même aune. De même, les écoles sont sous le joug de menaces terroristes mais notre rentrée s’est effectuée sans que les mesures adéquates n’ aient été mises en oeuvre. Sommes nous et serons nous toujours une académie de seconde zone? Dans ces conditions , (et à contre coeur), nous déposerons un préavis de grève pour le 1er septembre sur cette question et tant que des garanties plus sérieuses ne seront mises en place nous le maintiendrons.
Le bureau du SAIPER REUNION


Poster un commentaire

Demain, c’est la rentrée pour les enseignants

La rentrée 2016, est placée, pour le gouvernement, sous le signe de la sécurité. De la maternelle au lycée, nous devrons nous entraîner à réagir en cas d’attaque terroriste. Parmi les nouvelles mesures, un exercice “attentat intrusion” sera désormais obligatoire. Madame la ministre détaillera ces mesures le 24 août, plusieurs jours après notre rentrée. On ne peut que constater , à nouveau, le mépris affiché pour notre académie.
Les directeurs devront informer les parents des mesures de sécurité prises, au cours des réunions d’informations, sécuriser les espaces vulnérables, s’occuper de la voirie; les académies devront tester l’envoi d’une alerte par SMS aux écoles dès demain. Encore une fois, les directeurs apprécieront ce surcroit de travail alors même que l’allègement des tâches de direction figure au programme ministériel.
Mais la ministre n’est pas à une contradiction prêt : ainsi, dans la circulaire de rentrée figure la mise en place du LSUN( livret scolaire unique numérique) obligatoire et qui se trouve être en flagrante contradiction avec une évaluation formative, interactive et bienveillante telle qu’elle figure dans les nouveaux programmes. Ce livret introduit le fichage des compétences, des appréciations et du suivi par les personnels spécialisés. Ces informations supprimées du fichier base élèves sont ainsi réaffirmées et suivront l’élève tout au long de sa scolarité voire au-delà.(voir l’application admission post bac)

Pour nous, la rentrée 2016 est placée sous plusieurs points de résistance:
– la banalisation de la réforme des rythmes scolaires : deux textes votés au mois d’août y contribuent alors même que le rejet de cette réforme est persistant chez les enseignants.
– la réforme du collège : cette réforme contribue uniquement à faire des économies, non à résoudre l’échec scolaire. En supprimant la plupart des options, les élèves auront globalement moins d’heures de cours dans la semaine. Tous les programmes changent et dans certaines matières il n’y aura ni manuel, ni ressources pour aider à sa mise en œuvre. De plus, aucune heure de concertation n’a été prévue pour monter les fameux projets EPI… De plus, cette réforme impose véritablement des démarches pédagogiques aux enseignants, ce que nous ne pouvons cautionner
– l’inclusion des élèves dans les classes ordinaires , sans qu’aucune directive claire n’ait été faite par notre hiérarchie
– la réforme de l’éducation prioritaire, et l’exclusion de secteurs entiers de ce dispositif dans notre académie, comme le collège Fayard… De plus, la formation dispensée ne répond que fort peu aux demandes des enseignants concernés.
– l’éclipse du 1er septembre et les interrogations induites pour la sécurité pour les élèves, notamment du fait de son observation durant la pause méridienne et l’absence de consignes des mairies
– les effectifs scolaires dans de nombreux secteurs
– l’adoption, en force, de la loi travail et de ces implications dans notre profession: notamment l’inversion des normes,la possibilité d’embauche de contractuels…
– l’application de la loi pour le paiement des allocations familiales dans notre académie
– la mise en place d’un concours national pour les psychologues scolaires et leur sortie du corps des professeurs des écoles
L’ensemble de ces points présage une rentrée très riche en difficultés et en débats que nous aurons le plaisir de mener avec vous au cours des différentes réunions que nous vous proposerons.


Poster un commentaire

Le nouveau calendrier: une occasion manquée!

La nouvelle mouture du calendrier 2017-2020 est sortie et le canevas est sensiblement le même que celui que nous connaissons depuis quelques années à une différence près. En effet, pour la première fois le calendrier , au cours de deux années scolaires successives, se terminera après le 20 décembre pour clore la deuxième période. Il aura fallu attendre un recteur réunionnais pour que la fête du 20 décembre ne préfigure plus le début des vacances de cette période. Il est également regrettable que l’ensemble de la communauté éducative n’ait pu se prononcer sur un calendrier différent, qu’il soit nommé climatique ou autre. C’est une véritable spoliation de toute une partie de l’opinion qui n’a ainsi pas pu s’exprimer.

Télécharger (PDF, 176KB)


Poster un commentaire

GREVE MARDI 14 JUIN 2016

Le mardi 14 juin 2016, le projet de loi El Khomri revient en deuxième lecture à l’Assemblée nationale pour son adoption (ou pas). Les syndicats et les mouvements citoyens opposés à ce projet appellent à une manifestation à Paris pour une nouvelle fois exprimer leur rejet de cette loi dans sa forme actuelle, faire pression sur les députés et les membres du gouvernement.
Dans notre département, l’interconfédérale du privé et du public appelle aussi les travailleurs à manifester comme dans l’Hexagone,en un lieu unique. Dans notre île, ce sera à Saint-Denis, du Petit Marché (rue Maréchal Leclerc) jusqu’à la Préfecture.
Le SAIPER réuni en bureau samedi dernier a décidé de se joindre à cette manifestation.
Nous vous donnons tous rendez-vous le 14 juin à 9 h 30 au Petit Marché de Saint-Denis si comme nous vous rejetez ce projet de loi.

N.B. Avis d’intention de faire grève à transmettre à votre IEN au plus tard le vendredi 10 juin.

Télécharger (PDF, 65KB)


Poster un commentaire

GREVE JEUDI 28 AVRIL 2016 CONTRE LA LOI EL KHOMRI

Le SAIPER vous appelle à grever et à manifester ce jeudi 28 avril 2016 contre la loi El-Khomri dans notre île.
À Saint-Denis : rendez-vous au Jardin de l’État à partir de 9 h 30 puis défilé jusqu’à la Préfecture.
À Saint-Pierre : rendez-vous à 9 h au Jardin de la Plage (St-Pierre) puis défilé jusqu’à la mairie


Poster un commentaire

GREVE JEUDI 31 MARS 2016

Chères collègues,
Chers collègues,

Le SAIPER vous appelle à faire grève le jeudi 31 mars 2016 et de participer aux manifestations qui auront lieu dans notre île :
– à Saint-Denis, un rendez-vous est donné à 9 h au Petit Marché pour un défilé jusqu’à la Préfecture,
– à Saint-Pierre, un rendez-vous est donné à 9 h devant la mairie pour un défilé jusqu’à la Sous-Préfecture.

Le SAIPER s’engage dans cette grève pour les raisons suivantes :
– en solidarité avec les travailleurs du privé contre la loi sur le Code du travail (si les conditions du privé se dégradent, cela ne saurait tarder pour nous (rappelez-vous pour la retraite, la journée de carence qui est de nouveau en discussion au Sénat, mais qui passerait cette fois-ci à 3 jours, l’absence de médecine du travail…),
– dénoncer nos conditions de travail qui ne cesse de se détériorer (une institution qui demande toujours plus, mais sans plus de moyens, une hiérarchie oppressante, des usagers de plus en plus difficile à « satisfaire »…),
– réclamer une meilleure revalorisation de notre point d’indice ; 1,2 c’est trop peu après ces 6 années de gel,
– dénoncer les attaques contre les fonctionnaires (abrogation de notre statut par Macron, Valls et consorts, remise en cause de l’indexation outremer par Lurel dernièrement pour cause d’Égalité réelle, projet de loi sur la déontologie en préparation qui vise entre autres à nous « museler » davantage… et donc laisser libre cours à tous les abus de pouvoir de la part de notre hiérarchie.
Pour toutes ces raisons, nous vous invitons à nous retrouver soit à St-Denis soit à St-Pierre le jeudi 31 mars 2016.

Amitiés syndicales

P.-S. Ci-joint un avis d’intention de faire grève à déposer éventuellement de préférence ce vendredi pour ceux qui ne travaillent pas samedi (lundi étant férié).

Télécharger (PDF, 65KB)